Robert W. Boyd

Robert W. Boyd

Chaire d'excellence en recherche du Canada sur l'optique non linéaire quantique

Université d'Ottawa


« Nous sommes ravis d’accueillir Robert W. Boyd dans notre établissement. Sa présence contribuera grandement à consolider le leadership de l’Université d’Ottawa en matière de nanophotonique. »

― Mona Nemer, vice‑rectrice à la Recherche, Université d’Ottawa

Biographie

Robert W. Boyd, scientifique de renommée mondiale, est un chef de file reconnu en optique non linéaire depuis plus de 30 ans. Ses travaux couvrent une foule de sujets, notamment la physique, le génie, la recherche fondamentale et la recherche appliquée, l’optique classique et l’optique non linéaire quantique.

Avant d’obtenir sa chaire d’excellence en recherche du Canada à l’Université d’Ottawa, M. Boyd a été professeur d’optique M.‑Parker‑Givens et professeur de physique à l’University of Rochester, dans l’État de New York.

Détenteur d’un baccalauréat de physique du Massachusetts Institute of Technology, M. Boyd a obtenu un doctorat de physique l’University of California à Berkeley. Il a publié près de 200 articles de recherche, dont un grand nombre sont parus dans de prestigieuses revues telles que Science et Physical Review Letters. De plus, son nom est connu de la plupart des étudiants du domaine de l’optique grâce à son ouvrage Nonlinear Optics, un manuel de physique utilisé un peu partout dans le monde. Par ailleurs, M. Boyd a obtenu huit brevets des États‑Unis en optique non linéaire et il est membre de l’American Physical Society et de l’Optical Society of America.

L’innovation à la vitesse de la lumière

Robert W. Boyd est un chef de file mondial du domaine de la photonique, soit l’étude des photons et ses applications en télécommunication et en informatique. En tant que titulaire de la Chaire d’excellence en recherche du Canada sur l'optique non linéaire quantique, M. Boyd souhaite mettre sur pied un programme d’optique non linéaire quantique et de nanophotonique de calibre mondial à l’Université d’Ottawa.

Dans le cadre des multiples travaux liés à cette chaire d’excellence, M. Boyd fait appel à la nanotechnologie pour créer de nouveaux matériaux servant à diverses applications technologiques de pointe en sciences et en génie. Les découvertes qu’il a réalisées en optique pourraient avoir d’importantes incidences sur les travaux menés dans d’autres disciplines, comme les technologies de l’information et des communications, la conversion de l’énergie solaire et l’imagerie biomédicale.

Grâce à des techniques nanophotoniques avancées, M. Boyd fabrique des cristaux photoniques servant à une foule d’applications liées à l’optique photonique et à l’optique non linéaire. Par exemple, ces cristaux peuvent être utilisés pour ralentir la vitesse de la lumière. Cela pourrait donner lieu à d’importantes applications, notamment la création de gaines souples pour les télécommunications optiques, de lidars permettant de repérer des objets éloignés et de spectromètres de mesure environnementale d’une précision sans précédent.

Le programme de recherche de M. Boyd pourrait également faire progresser la technologie de l’énergie solaire en permettant l’élaboration de nanostructures visant à améliorer l’interaction entre la lumière et la matière. Un autre aspect des travaux de M. Boyd porte sur des questions fondamentales telles que le fait de déterminer la quantité maximale d’information que peut contenir un photon. La capacité de transmettre une grande quantité de bits d’information à l’aide d’un seul photon aura des conséquences importantes pour la réduction de l’énergie nécessaire aux réseaux de télécommunication et pour l’amélioration de la sécurité des systèmes de communication.

En tant que chercheur réputé, M. Boyd représente un ajout synergique au groupe déjà exceptionnel de chercheurs de l’Université d’Ottawa et de son partenaire, le Conseil national de recherches du Canada. Enfin, les découvertes de M. Boyd contribueront à consolider le leadership mondial de l’Université d’Ottawa en matière de recherche sur l’optique et la photonique.


Durée

2 min 12 s

Date de publication

le 11 octobre, 2011



Visionner la vidéo sur YouTube

Lire la transcription

Je dirais que ma recherche a pour but de trouver de nouveaux champs d’application à la photonique, une discipline qui vise à manipuler les propriétés de la lumière à des fins pratiques.

Sur le plan de la recherche, les travaux que j’ai menés au cours des huit dernières années sur le contrôle de la rapidité des impulsions lumineuses est celui dont je suis le plus fier. Ils sont intéressants d’un point de vue conceptuel du fait que l’on peut jouer avec la vitesse de la lumière de cette manière. Et ils sont intéressants d’un point de vue pratique du fait qu’ils permettent de concevoir de nouveaux appareils utilisables en technologie optique.

L’Université d’Ottawa et, de façon générale, la région d’Ottawa disposent d’un grand bassin de scientifiques qui réalisent d’importantes recherches dans le secteur de la photonique. En regroupant nos forces, je crois que nous pourrons mettre sur pied un programme de recherche d’une excellence incomparable à l’échelle mondiale.

C’est le Programme des chaires d’excellence en recherche du Canada qui m’a incité à venir au Canada. Grâce aux fonds substantiels mis à ma disposition, j’estime que plus rien ne m’empêche de réaliser mes objectifs de recherche.

Le fait de pouvoir agir sur les propriétés de la lumière a d’énormes répercussions dans de nombreux secteurs des sciences et de la technologie. Par exemple, les résultats de ma recherche pourront avoir d’importantes retombées sur la télécommunication optique, la mise au point de diagnostics dans le domaine de la recherche biomédicale ainsi que la création de cellules énergétiques solaires d’une efficacité accrue.