Luda Diatchenko

Luda Diatchenko

Chaire d’excellence en recherche du Canada sur les mécanismes génétiques de la douleur chez l’humain

Université McGill


« Nous sommes fiers d’accueillir à notre réputé Centre Alan Edwards de recherche sur la douleur une chercheuse du calibre de Luda Diatchenko. Les recherches de Mme Diatchenko sur le rôle des facteurs génétiques dans la sensibilité à la douleur sont un complément important à l’expertise développée à McGill et permettront au Canada de jouer un rôle de premier plan dans le développement de traitements analgésiques personnalisés. »

― Suzanne Fortier, principale et vice-chancelière, Université McGill

Biographie

Luda Diatchenko est une spécialiste de renommée mondiale dans le domaine des mécanismes génétiques liés à la douleur chez l’humain et de l’élaboration d’approches médicales personnalisées. Avant de devenir titulaire de la Chaire d’excellence en recherche du Canada sur les mécanismes génétiques de la douleur chez l’humain, elle était professeure au Center for Neurosensory Disorders de l’University of North Carolina située à Chapel Hill.

Mme Diatchenko a rédigé et publié des dizaines de rapports de recherche évalués par des pairs et a déposé plusieurs brevets intéressants sur le plan commercial. Ses plus importants rapports portent sur les voies génétiques, cellulaires, moléculaires et psychologiques qui lient les états de douleur persistante aux réactions initiales à la douleur. Ses récents travaux de recherche visent à déterminer les aspects biologiques de la génétique qui influent sur la perception de la douleur et le risque de souffrir d’une douleur chronique.

En outre, Mme Diatchenko apporte au Centre Alan-Edwards de recherche sur la douleur de l’Université McGill une vaste expérience en entreprise. Elle est cofondatrice et première agente scientifique d’Algynomics, une entreprise qui crée des approches originales pour le diagnostic et le traitement de la douleur chronique. Elle a auparavant cofondé Attagene inc., où elle a occupé le poste de directrice de la découverte de gènes. À l’époque, Mme Diatchenko a participé activement à la création de plusieurs outils moléculaires largement utilisés dans l’analyse de la régulation et de l’expression des gènes.

Traitement personnalisé de la douleur chronique

Environ 20 p. 100 des Canadiens souffrent de douleur chronique. Ainsi, c’est non seulement la principale raison pour laquelle ils cherchent à se faire soigner, mais aussi la principale préoccupation des patients atteints de maladies de longue durée. Voilà pourquoi Luda Diatchenko, titulaire de la Chaire d’excellence en recherche du Canada sur les mécanismes génétiques de la douleur chez l’humain, étudiera les mécanismes génétiques cruciaux qui sont à la source de la douleur.

La perte de productivité et les services de santé liés à la douleur chronique coûtent à l’économie canadienne plus de 10 milliards de dollars par année, une somme plus élevée que les dépenses liées aux personnes atteintes de maladies cardiaques, de cancer ou de diabète. Et c’est sans compter les conséquences personnelles qui ne se mesurent pas en dollars. Les patients qui souffrent de douleur chronique doivent faire face à des difficultés telles que l’isolement, un risque accru de suicide et des taux de mortalité plus élevés.

Avec son équipe du Centre Alan-Edwards de recherche sur la douleur de l’Université McGill, Mme Diatchenko vise à faciliter la conception de thérapies et de traitements personnalisés pour soigner la douleur chronique.

Son principal objectif est de mieux comprendre les mécanismes génétiques de la douleur chronique afin de créer de nouveaux analgésiques et des stratégies liées à des thérapies personnalisées pour la douleur chronique.

Pour atteindre cet objectif, l’équipe de recherche étudie les mécanismes de la douleur chronique et les facteurs de risque en effectuant l’analyse génétique de patients bien caractérisés. Les données que recueillent Mme Diatchenko et son équipe depuis 10 ans définissent les mécanismes moléculaires intervenant auprès des facteurs biologiques, psychologiques et génétiques qui contribuent à l’apparition et à la persistance de la douleur chronique. Entre autres méthodes, l’équipe procède par génotypage et par séquençage de l’ADN. Les résultats sont ensuite validés grâce à des approches biologiques, des études du comportement d’animaux et des essais cliniques.

En se servant de médicaments approuvés qui sont déjà utilisés pour traiter d’autres symptômes, l’équipe peut accélérer la conception de nouveaux traitements et, ainsi, améliorer la qualité de vie des patients qui souffrent de la douleur.

Sites Web connexes

Algynomics (en anglais seulement)

Human Pain Genetics Lab (en anglais seulement)


Durée

2 min 12 s

Date de publication

le 11 octobre, 2011



Visionner la vidéo sur YouTube

Lire la transcription

Howard Wheater, University of Saskatchewan

Je me présente, Howard Wheater. Je suis le tout nouveau titulaire de la Chaire d'excellence en recherche du Canada sur la sécurité de l'eau de l'University of Saskatchewan. J'entends mener des travaux de recherche de calibre mondial qui feront une différence, car j'estime que l'ensemble des défis en matière de sécurité de l'eau nous concerne tous.

Le monde entier connaît de réelles difficultés, mais le Canada – en particulier l'Ouest canadien – est confronté à toute une série d'enjeux importants. Nous en examinerons un certain nombre. Nous nous pencherons tout d'abord sur la question de l'exploitation des ressources naturelles, notamment : l'extraction des sables bitumineux, les besoins en eau, la production de déchets, la nécessité d'adopter des mesures correctives et le contrôle de la pollution.

Puis nous étudierons la question de l'utilisation des terres et ce que cela représente par rapport à l'eau et en particulier aux nutriments. Nous aborderons aussi les enjeux liés à la qualité de l'eau que posent, par exemple, les eaux usées et la pollution agricole.

Enfin, nous nous attaquerons au changement climatique et à son impact sur les ressources hydriques. Le Canada occupe une place de premier plan en matière de réchauffement planétaire. L'environnement tout autour de nous change. Les glaciers reculent dans les Rocheuses et le pergélisol fond. La situation est vraiment critique, et ce sont là des changements qui surviennent rapidement.

Grâce à ma chaire d'excellence en recherche du Canada, je crois pouvoir faire d'importantes avancées en sciences et en technologie, des avancées qui seront nécessaires pour relever les enjeux liés à la sécurité de l'eau.

Je trouve que l'University of Saskatchewan joue un rôle exceptionnel de leader en ce qui a trait à la question de l'eau, qu’elle prend très au sérieux. Elle comprend les défis auxquels le Canada et le reste du monde font face. Et elle est prête à investir dans ce domaine et déterminée à conserver son titre de chef de file.