Bertrand Reulet

Bertrand Reulet

Chaire d'excellence en recherche du Canada sur le traitement de signaux quantiques

Université de Sherbrooke


« L'approche interdisciplinaire de Bertrand Reulet réunira des experts de la physique expérimentale et de la physique théorique. Grâce à lui, l'Université de Sherbrooke deviendra l'un des plus importants établissements en matière d'informatique quantique à l'échelle mondiale. »

― Luce Samoisette, rectrice, Université de Sherbrooke

Biographie

Bertrand Reulet est un chef de file mondial en matière de recherche quantique et de bruit non gaussien. Il a participé à divers projets de recherche, notamment une étude sur la supraconductivité de nanotubes de carbone, et compte à son actif plusieurs découvertes en matière de conception expérimentale, tels des dispositifs permettant de mesurer le bruit non gaussien ou la dynamique du bruit.

Avant de se voir attribuer une chaire d'excellence en recherche du Canada à l'Université de Sherbrooke, M. Reulet a été directeur de recherche au Laboratoire de physique des solides du Centre national de la recherche scientifique à l'Université Paris-Sud XI. De plus, il a été professeur à l'École Polytechnique de France et a travaillé pendant quatre ans au Département de physique appliquée de la Yale University, où il a entrepris ses travaux sur le bruit non gaussien des nanostructures.

Ancien élève de l'École normale supérieure (Paris) et détenteur d'un doctorat de l'Université Paris-Sud XI, Bertrand Reulet a reçu, en 2008, le prix Anatole-et-Suzanne-Abragam de l'Académie des sciences de l'Institut de France. Ce prix de physique venait souligner « l'originalité de conception et l'élégance d'application » de ses travaux novateurs sur le bruit non gaussien, qui ont été présentés dans son article « Environmental Effects in the Third Moment of Voltage Fluctuations in a Tunnel Junction », publié dans la prestigieuse revue Physical Review Letters.

L'avenir des applications quantiques

Actuellement, le moyen le plus prometteur de créer un processeur d'information quantique consiste à se baser sur les principes de la physique des solides, un secteur qui concerne l'électromagnétisme, la thermodynamique et les propriétés structurelles de matériaux à l'état solide. Bertrand Reulet, titulaire de la Chaire d'excellence en recherche du Canada sur le traitement de signaux quantiques, se propose de participer à la conception de la première génération de processeurs d'information quantique en relevant ce qui représente le plus grand défi de l'heure pour les pionniers de l'informatique quantique : comprendre le bruit électronique.

En s'inspirant de ses importantes réalisations de recherche sur le sujet, M. Reulet étudiera les mécanismes qui sont à l'origine du bruit électronique à très basse température dans des nanostructures métalliques et supraconductrices simples (p. ex. les jonctions et les fils quantiques), qui constituent le point de départ de l'élaboration des futurs processeurs quantiques. Par ailleurs, il s'intéresse à la manière dont les propriétés quantiques des signaux provenant de tels dispositifs peuvent être interprétées par des instruments classiques. Ses expériences permettront d'examiner plus en profondeur la question de la compatibilité entre les processeurs quantiques et les ordinateurs d’aujourd'hui.

Les travaux de M. Reulet contribueront à l'évolution des technologies de l'information, notamment en microélectronique. Les outils qu'il créera afin d'analyser le bruit électronique avec précision seront appliqués à certains dispositifs microélectroniques existants, ce qui pourrait offrir de nouvelles possibilités pour les caractériser et les améliorer. De plus, les méthodes et les concepts que le chercheur élaborera afin de saisir les subtilités des signaux quantiques pourraient permettre de trouver de nouveaux moyens d'analyser et de codifier l'information de réseaux de communication actuels.


Durée

1 min 42 s

Date de publication

le 11 octobre, 2011



Visionner la vidéo sur YouTube

Lire la transcription

Bertrand Reulet, Université de Sherbrooke

Dans le cadre de mes travaux de recherche, je m’intéresse aux fluctuations des courants électriques, un phénomène communément appelé « bruit ». Mon but n’est pas nécessairement de réduire ces fluctuations, mais plutôt de comprendre leur fonctionnement, notamment en déterminant quelle est la partie qu’occupe le signal quantique à l'intérieur du signal classique et en mettant au point des outils capables de relever uniquement la partie du signal quantique sans qu’elle soit contaminée par le signal classique.

Cette chaire va me permettre de mettre en application, par des expériences à grande échelle, les idées que j'ai en tête depuis plusieurs années – idées que je continue toujours de développer sous divers aspects.

Pour faire de la recherche, il faut d’abord avoir des idées, mais elles ne coulent pas toujours de source. Les discussions entre chercheurs aident à les faire germer. À l’Université de Sherbrooke, il existe un excellent groupe d'information quantique. J'espère avoir avec lui de très bons rapports et beaucoup d'échanges. Les rencontres que nous avons eues jusqu’à maintenant sont fort prometteuses.

Disons les choses comme elles sont : la recherche comporte un aspect matériel important. Pour réaliser des expériences, on doit non seulement en avoir les moyens, mais on doit aussi pouvoir collaborer avec des personnes qui ont envie de travailler sur un même sujet de recherche. La Chaire d’excellence en recherche du Canada sur le traitement de signaux quantiques m’offre énormément de moyens pour réaliser des expériences ambitieuses. Et ça, c'est formidable! J'ai également découvert que l’Université de Sherbrooke compte de très bons étudiants qui, je l’espère, sont prêts à partager leurs expériences avec moi.