Document d'information


Programme des chaires d’excellence en recherche du Canada

Lancé en 2008 par le gouvernement du Canada, le Programme des chaires d’excellence en recherche du Canada aide les universités canadiennes à consolider la réputation que le Canada a acquise à titre de chef de file mondial en recherche et en innovation. Ce programme finance, pendant une période de sept ans et jusqu’à concurrence de 10 millions de dollars (non renouvelables), des établissements canadiens afin qu’ils appuient des chercheurs de calibre international et leur équipe pour l’exécution de programmes de recherche ambitieux. Il s’agit là de l’un des financements les plus prestigieux et les plus généreux au monde.

Les titulaires de chaire sont choisis à l’issue d’un processus en deux phases qui est rigoureux et très concurrentiel. Au cours de la première phase, des établissements d’enseignement canadiens se font concurrence afin d’avoir la possibilité d’établir des chaires. Dans le cadre de la seconde phase, les établissements retenus proposent la candidature de chercheurs de calibre international pour la dotation des chaires. La sélection définitive des titulaires de chaire se fonde sur une évaluation par les pairs approfondie, qui vise à maintenir l’importance primordiale que le Programme accorde à l’excellence en recherche, laquelle est suivie d’un examen stratégique et des recommandations d’un comité de sélection indépendant. Un comité directeur interorganismes prend les décisions finales.

On a dévoilé le nom des premiers titulaires de chaire d’excellence en recherche du Canada en mai 2010.

En juin 2011, le gouvernement du Canada a annoncé d’autres investissements visant à établir dix nouvelles chaires d’excellence en recherche du Canada. Les établissements doivent s’assurer que la chaire de 10 millions de dollars suscite un financement de contrepartie provenant d’autres sources, ce qui permet d’obtenir, pour chaque chaire, un investissement total d’au moins 20 millions de dollars sur une période de sept ans. Les nouvelles chaires sont attribuées dans les domaines prioritaires énoncés dans la stratégie en matière de sciences, de technologie et d’innovation du gouvernement fédéral ainsi que dans d’autres domaines de recherche dont les établissements ont montré l’intérêt stratégique pour le Canada.

Annoncée en septembre 2013, la première de ces chaires a été attribuée à Luda Diatchenko, titulaire de la Chaire d’excellence en recherche du Canada sur les mécanismes génétiques de la douleur chez l’humain de l’Université McGill.

Erik Snowberg, titulaire de la Chaire d’excellence en recherche du Canada sur l’utilisation de méthodes à forte intensité de données en économie de l’University of British Columbia, est le 26e titulaire d’une chaire d’excellence en recherche du Canada.

Voici quelques exemples des travaux révolutionnaires menés par des titulaires de chaire d’excellence en recherche du Canada :

  • Jennifer Hoffman, titulaire de la Chaire d’excellence en recherche du Canada sur les dispositifs et les matériaux quantiques fondés sur des hétérostructures à base d’oxyde de l’University of British Columbia, associe des techniques de synthèse et d’imagerie d’une précision atomique pour concevoir de nouveaux supraconducteurs, dans le but d’acheminer l’électricité sans perte d’énergie dans des applications à température ambiante;
  • Michael Houghton, titulaire de la Chaire d’excellence en recherche du Canada sur la virologie de l’University of Alberta, s’emploie à mettre au point un vaccin contre le virus de l’hépatite C – virus qu’il a découvert et cloné. On dit déjà de ses travaux qu’ils sont dignes de l’attribution d’un prix Nobel;
  • Adrian Owen, titulaire de la Chaire d’excellence en recherche du Canada sur les neurosciences cognitives et l’imagerie de la Western University, a élaboré un système qui permet de communiquer avec des personnes qui se trouvent dans un état végétatif, transformant ainsi la conception de la conscience;
  • Luda Diatchenko, titulaire de la Chaire d’excellence en recherche du Canada sur les mécanismes génétiques de la douleur chez l’humain de l’Université McGill, aide les Canadiens à maîtriser la douleur chronique. Pour ce faire, elle met au point des traitements personnalisés en déterminant les mécanismes génétiques cruciaux à la source de la douleur.

Le Programme est une initiative lancée par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) et les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Il est administré par le Secrétariat des programmes interorganismes à l’intention des établissements, qui partage les locaux du CRSH.

Pour de plus amples renseignements sur le Programme et sur les titulaires de chaire, veuillez consulter le site Web.